Histoire de la ville

Au fil de l'eau vers l'écov'île

Une ville sur une île, c'est (presque) unique ! Avec son caractère singulier et tous ses atouts, l'île a séduit des artistes, comme Sisley qui a peint ses rives, ainsi que d'autres impressionnistes. "Croissant" ou "boomerang", l'étroite bande de terre s'étend sur 7 km et existe sous cette forme depuis le XIXème siècle, avec le regroupement de différents îlots et l'édification de ponts suspendus (1844) et sur pilier (1905). Cette période qui relie l'île à la terre marque aussi un tournant : la culture laisse place à la batellerie, aux blanchisseurs, aux pêcheurs... et aux usines.

Sa proximité de Paris et son caractère fluvial en font un lieu parfait pour entreposer des marchandises pour la capitale tandis que les Parisiens en goguette viennent y flâner et danser dans les guinguettes. Mais l'industrialisation va vite et ces loisirs disparaissent au profit d'usines "à nuisances" interdites dans Paris. Nouveau visage ouvrier, l'île est le creuset de résistants puis de communistes luttant pour les grandes causes travailleuses. Les cités HLM poussent pour répondre au besoin de logements toujours plus important jusqu'à la fin des années 1970. Depuis, la désindustrialisation a fait rage. Dans les années 1990, l’île a perdu des habitants. Aujourd’hui, sa jeunesse, son tissu associatif et citoyen nourrissent sa volonté d'aller de l'avant.

Prolongement du tramway, requalification du centre-ville, éco-quartier fluvial... Le choix de l'écologie solidaire et la participation de citoyens engagés sous-tendent tous les nouveaux projets de l’île. Insularité, identité et intercommunalité ; en paraphrasant Bernardin de Saint Pierre :"L'île est un petit continent en abrégé".

Pour en savoir plus sur l'histoire locale , vous pouvez vous procurer le livre "L'Île-Saint-Denis au fil de l'eau", disponible en mairie et à la médiathèque.