Yacine Setra : « Il n’est pas obligatoire de s’entraîner pour courir les Foulées »

Yacine Setra : « Il n’est pas obligatoire de s’entraîner pour courir les Foulées »

« Faut-il obligatoirement s’entraîner avant de courir les Foulées ? » À moins de trois semaines de la course-événement à L’Île-Saint-Denis (4 octobre), certains habitants encore hésitants pourraient se poser cette question, pour eux-mêmes ou leurs enfants. Éducateur sportif bien connu sur la commune, Yacine Setra vous donne sa réponse lors du premier volet d’une interview qui abordera également les thèmes de la nutrition et des erreurs à éviter le jour de la course !

Faut-il obligatoirement s’entraîner préalablement pour pouvoir courir les Foulées ?

Yacine Setra : Avant de répondre à cette question, rappelons ce que sont les Foulées de L’Île-Saint-Denis et pour qui s’adressent-t-elles. Les « foulées » d’une ville désignent un événement sportif, plus particulièrement une course pédestre organisée annuellement. Elle concerne les enfants comme les adultes, avec des parcours différents. Au-delà de l’aspect compétitif, c’est avant tout un rassemblement convivial et chaleureux autour du sport et plus précisément de la course à pied pour les habitants de L’Île-Saint-Denis.

Nous distinguons trois parcours : le Parcours enfants, l’Îlodionysienne (3km) et la Grande foulée (7km pour les sportifs). Les objectifs sont nombreux et diffèrent en fonction des coureurs.

Objectifs de performance : Orientés vers des buts compétitifs, les coureurs s’entraînent pour apprendre et perfectionner les habiletés techniques, tactiques, physiques, psychologiques exigées par la réalisation des performances sportives. Les progrès sont finalisés par la compétition.

Objectifs de bien-être : Les sportifs pratiquent dans un but de bien-être ou de mieux-être. Une activité physique qui les stimule dans ce contexte festif et convivial les change de leur quotidien.

Objectifs de santé : Les coureurs pratiquent dans un but de santé physique. Il s’agit de mettre le corps en mouvement pour reconquérir, entretenir ou développer un capital physiologique.

Objectifs de plaisir : Certains sportifs, à travers l’activité physique, cherchent essentiellement à se faire plaisir. Ce dernier peut être lié aux sensations et émotions résultant de la pratique, ou aux contacts sociaux qu’elle permet de développer comme le cas des Foulées.

L’entraînement peut-être obligatoire pour une personne qui le souhaite et qui est orientée sur un objectif de performance afin d’améliorer son temps chaque année. Mais l’obligation n’est pas une condition pour pouvoir s’entraîner, il faudrait plutôt prendre un avis chez son médecin pour une personne qui n’est pas habituée à faire un tel effort sur une des distances proposées par les Foulées.

Il est à noter que les enfants, au contraire des adultes, ne pratiquent pas la course à pied en restant dans les intensités modérées en mode continu. Ils courent toujours à intensité élevée ou maximale et sur le mode intermittent. Ils sollicitent donc très fortement leur système cardio-respiratoire. Mais à cet âge-là, l’enfant est et doit rester un enfant ! On privilégie un objectif de plaisir : à cet âge-là on ne s’entraîne pas, on joue et on s’amuse !

Pour des raisons physiologiques et psychologiques, la grande majorité des enfants, lorsqu’ils jouent ou lors d’activités physiques qu’ils pratiquent avec plaisir, ne raisonnent pas en termes de VMA (Vitesse Maximale Aérobie). Ils courent, sprintent, sautent, marchent, accélèrent, sont à fond et donc très souvent s’exercent à des pourcentages élevés de leur VMA et même le plus souvent au-delà.

Se rappeler aussi que jusqu’à 12 ans, il est important que l’enfant goûte à différents sports avant de se spécialiser s’il le désire. Pour finir, les enfants aiment être accompagnés et soutenus mais il n’est pas toujours facile pour les parents de s’impliquer en gardant la bonne distance par rapport aux résultats. Essayons de ne pas être des parents excités ou fanatiques, laissons les enfants décider s’ils veulent participer à cette course !

Prochain volet de l’interview : nutrition et alimentation avant, pendant et après la course

Partagez cela à vos proches !